Les loutres, qui sont-elles ?


Loutres / mardi, mai 8th, 2018

La loutre: un mustélidé

Les loutres font partie de la famille des mustélidés qui comprend entre autre, l’hermine, la belette, la martre commune et le putois. Les membres de cette famille se distinguent par un long corps souple et musclé, un cou épais et puissant, des pattes courtes et une queue plutôt longue et souvent touffue. Tous sont carnivores et se nourrissent d’autre animaux et d’insectes. Les hermines et les belettes sont surtout terrestre, tandis que les martres et les putois vivent partiellement dans les arbres.

Les loutres en revanche, sont des animaux aquatiques qui peuplent les bords des lacs, des rivières et de la mer. Elles se nourrissent principalement de poissons, de mollusque et de divers petits animaux aquatiques. Ce sont d’excellentes nageuse et plongeuses.

On dénombre habituellement neuf espèces de loutres dans le monde, groupées en trois tribus. La première, celle des Lutrini, compte trois espèces : la loutre d’Europe (lutra lutra), la loutre du Canada (Lutra canadensis) et la loutre marine ou féline (Lutra felina) d’Amérique du Sud. La tribu des Anoychini en compte cinq, distribuées de l’Amérique du Sud jusqu’en Inde et en Birmanie. La « véritable » loutre de mer (Enhydra lutris), qui vit sur les côtes de l’Alaska, en fait partie. La tribu des Hydrictis ne compte qu’une seule espèce, la loutre à cou tacheté (Hydrictis manulicollis) d’Afrique.

Les menaces contre les loutres

 

La loutre d’Europe était autrefois répandue sur un vaste territoire qui couvrait presque toute l’Europe et l’Asie jusqu’au Japon. Le territoire s’étendait du nord de la Finlande à l’Afrique du Nord et jusqu’en Indonésie. Mais les chasses forcenées et la destruction ou la pollution de leur habitat ont entraîné une forte diminution de leur nombre, voire parfois une extinction de l’espèce. En Grande Bretagne, leur raréfaction est sans conteste due à la persécution par l’homme.

La chasse à courre aux loutres a été à la mode en Angleterre dès l’époque élisabéthaine. Cette chasse s’est ensuite poursuivie de manière plus ou moins intensive jusque dans les années 1970. A cette époque, il subsistait si peu d’individu sur les zones de chasse que beaucoup s’en alarmèrent. Des groupes ont fait pression pour que les loutres soient protégées légalement. Finalement en 1978 est passée la loi qui assure une protection totale en Angleterre et aux pays de Galles.

La deuxième menace est la plus terrible est la pollution.

La disparition de la loutre d’Europe

Face à toutes ces menaces la loutre d’Europe s’est progressivement confinée aux régions les plus sauvages et moins peuplée des pays. On en trouve encore des populations éparses près des cours d’eau des hauts plateaux du pays de Galles et du sud-ouest de l’Angleterre et de façon très répandue en Irlande. Il existe une seule région du pays où elles se qualifient de « communes » et ce sont les rivières et les côtes reculées du nord de l’ouest et de l’Ecosse et surtout, des îles.

Les gens habitués à l’idée que les loutres se cantonnent essentiellement sur les cours d’eau, sont souvent étonnés. Ils finissent par découvrir que ces animaux se sont bien adaptés à vivre des ressources de la mer dans les endroits, comme les île Shetland, où il n’y a pas de rivières.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *